Notre rapport avec les arbres en dit long sur nous

Notre rapport avec les arbres en dit long sur nous
Photo : Assya Van Gysel
2021-03-09

Avant je voyais un arbre, maintenant je sens sa présence et je me sens toute humble face à sa grandeur. J’ai développé une telle sensibilité et un tel amour pour les arbres que plusieurs sérendipités se sont accélérées ces dernières années pour m’ouvrir les yeux sur ce sujet.

La première rencontre remonte à 2016, au sommet TED où j’ai eu la chance d’assister à cette conférence. J’étais touchée par les idées de cette scientifique Suzanne Simmard chez qui j’ai senti un grand amour pour les arbres. Elle a orienté sa carrière professionnelle dans le domaine de la recherche sur les arbres pour essayer de comprendre de manière rationnelle ce qu’elle pressentait avec son intuition depuis toute jeune.

« Les scientifiques venaient de découvrir in vitro dans un laboratoire que la racine d’un plant de pin pouvait transmettre du carbone à la racine d’un autre plant. Mais cela était fait en laboratoire et je me demandais si c’était aussi vrai dans les forêts. Je pensais que oui. Les arbres dans les forêts pouvaient aussi partager des informations sous le sol. Mais cela portait à controverse et certains me pensaient folle. »

« How trees talk to each other » - TED talk de Suzanne Sinnard

Il y a quelques années j’étais touchée par le cadeau de ma fille, le livre de Peter Wohlleben « La vie secrète des arbres » ainsi que par deux candidats lors d’un Appel à Idées en 2017 et en 2019 sur les arbres. Et je suis heureuse que Frédéric REES, chercheur à l’INRAE, ait été sélectionné pour présenter ses idées sur les racines des arbres le 24 juin 2021.

L’année dernière, j’ai été marquée par les feux qui ont ravagé l’Australie ainsi que l’accélération du massacre des forêts d’Amazonie où la déforestation est à l’origine des flammes. Voici un article de Courrier International que je vous invite à lire : « le 25 août 2019, « l’Institut National de Recherche Spatiale (INPE) du Brésil avait recensé plus de 41 000 foyers d’incendie en Amazonie brésilienne depuis le début de l’année, contre 22 000 à la même période l’année dernière », précise Science. Et si l’on prend en compte l’ensemble du pays, l’augmentation du nombre de feux de forêt à cette date est de 80 %. »

Ce massacre des forêts s’accélère et me laisse perplexe.

Comment est-ce que l’espèce humaine peut-elle se dire intelligente alors qu’elle massacre des forêts entières qui sont le poumon de la terre sur laquelle elle vit et respire ?

La saga de l’arbre continue grâce à cette discussion avec Marie-Dominique, une autre bénévole de TEDx Saclay, il y a quelques jours. Elle m’a parlé d’un livre qu’elle trouve passionnant : « L’arbre monde » de Richard Powers.

Cette nouvelle rencontre m’a donné envie de découvrir cet auteur, et j’ai regardé dans la même soirée deux documentaires de l’émission « La grande librairie » :

Le premier avec Richard Powers.

Le deuxième « Penser comme un arbre », la proposition de Jacques Tassin.

Notre rapport avec les arbres en dit long sur nous.

Comment éveiller les consciences sans tomber dans « l’alarmisme » qui décourage et ne donne pas envie d’agir ?

Par des initiatives comme celle de ce jeune ingénieur, éco-entrepreneur Shubhendu Sharma,
qui a cette vision simple et ambitieuse : pourquoi ne pas re-créer des micro systèmes de forêts partout en commençant par son jardin ?

« Maintenant on plante des forêts dans les maisons, les écoles, même dans les usines mais ça ne suffit pas. Un grand nombre de personnes veulent prendre les choses en main. Alors on les aide. Aujourd’hui, nous travaillons sur une plate-forme en ligne où on partagera notre méthodologie en open source que tout le monde pourra utiliser pour créer sa propre forêt avec notre méthodologie sans que nous soyons physiquement présents. D’un simple clic, on peut tout connaître des espèces indigènes de sa zone. En installant une petite sonde sur le site, on peut analyser le sol à distance, et ainsi donner des instructions étape par étape de la création des forêts à distance. On peut aussi surveiller la croissance de ces forêts sans nous y trouver personnellement. »

« Je suis sûr que cette méthodologie a du potentiel. En partageant, on peut rétablir nos forêts indigènes. Quand vous rentrerez à la maison, si vous voyez des terres stériles, rappelez-vous que ce pourrait être une forêt. »

Voici l’exemple d’initiatives qui éveillent ma conscience et m’inspirent pour agir car chaque graine d’action compte.

Inspirer pour agir est une des trois raisons d’être de cette équipe TEDx Saclay.

Comment trouver le bon équilibre entre questionner, éveiller les consciences et agir ? Car alarmer sans agir ou fuir l’urgence de ce qui se passe comme la santé de nos forêts en jouant à l’autruche… aucune de ces deux options n’est constructive à mon sens.

Je suis heureuse que l’équipe TEDx Saclay ait choisi la voie du milieu, celle qui questionne en faisant rayonner de nouvelles idées, celle qui connecte les acteurs de l’innovation et du changement et celle qui inspire à l’action.

Assya Van gysel
La joie en action

– #InspirerPourAgir #JoieEnAction